CYBERATO Alter-perspectives disputables

RADEFF Anne

  • Hiérarchie des villes : des "lois" taillées sur mesure

    Date de publication : 25-09-2012
    Auteurs : 
    Auteurs : 
    Activité: 
    professeurs

    La fascination exercée par la « loi du moindre effort », alias « loi rang-taille » et ses avatars successifs directs (« distribution », « courbe », « droite », « modèle ») ou dérivés (« loi de la primatie », « loi de la métropolisation ») tient pour une bonne part à son expression mathématique qui lui donne un sceau a priori scientifique, mais surtout à son statut intermédiaire entre l’observation, la recherche historique et la théorie des lieux centraux.

     En réalité il ne s’agit que d’une relation linéaire d’un type particulier (droite log-log) entre la population des villes et le rang de ces villes quand on les range de manière croissante ou décroissante. Le fait de restreindre cette observation connue depuis le début du XIXe siècle à l’observation du rapport entre la population de l’agglomération la plus peuplée (métropole) et l’ensemble de la population urbaine, n’en fait pas une loi géographique.

     Il s’agit d’un rapport simple entre la « population métropolitaine » et la « population urbaine », sans autre portée que statistique. C’est une « fonction puissance » (« power law ») permettant de représenter une relation dissymétrique entre deux variables (« power law graph »), sans signification géographique ou historique particulière. A condition d’en restreindre l’utilisation à des Parties historiquement justifiées de la surface de la Terre, cette technique de quantification est utile pour décrire les semis de villes sans pouvoir les interpréter à l’aide de cette relation linéaire d’un type particulier.

     En revanche la multiplicité des droites log-log obtenues ne justifient en rien leur utilisation pour légitimer l’affirmation que la pseudo « théorie de lieux centraux » est le fondement de la compréhension scientifique du semis ou des réseaux de villes. Il s’agit en effet d’une réduction d’un grand nombre d’histoires urbaines à travers le monde dont les spécificités ne sont pas réductibles et cumulables à l’aide d’une « rationalité idéale ».

    Nicolas, Georges et Radeff, Anne, « Hiérarchie des villes : des « lois » taillées sur mesure », Cyberato. Travaux et Mémoires. Texte mis en ligne en septembre 2012 URL : http://cyberato.pu-pm.univ-fcomte.fr/sites/default/files/cyberato/nicolas-georges/publications/travaux-memoires/cyberato_loi_rang_taille_sur_mesure2.pdf

  • Die zentralen Orte: Übersetzung als "Normalisierung" einer fehlerhaften Theorie

    Date de publication : 05-04-2012
    Auteurs : 
    Auteurs : 
    Auteurs : 

    Walter Christallers Buch Die zentralen Orte in Süddeutschland (1933)ist bis heute eine der bekanntesten theoretischen Grundlagen für Geographie und Raumplanung.

    Die Akzeptanz des Christallerschen Modells der zentralen Orte ist bis in die Gegenwart international ungebrochen, obwohl in den letzten Jahrzehnten immer wieder grundsätzliche Einwände gegen die Richtigkeit und Plausibilität des Zentrale-Orte-Modells formuliert worden sind. Die beiden hier veröffentlichten Präsentationen zeigen auf, in welcher Weise unrichtige und irreführende Übersetzungen von Christallers Arbeit die enthaltenen Fehler verschleiert und zur internationalen Verbreitung der Theorie beigetragen haben.

     

    Die erste Präsentation"Die Übersetzung Walter Christallers als « cadavres exquis »"verdeutlicht, wie die verkürzteund fehlerhafte englische Übersetzung von Diezentralen Orte in Süddeutschland aus der Zeit zwischen1954 und1966 zur Grundlage für die internationale Akzeptanz des Zentrale-Orte-Modells als "normale Wissenschaft" geworden ist. Spätere, nicht-englischsprachige Übersetzungen haben sich auf diesen Text bezogen und in einer Art "Stille-Post-Spiel" einmal etablierte Fehler weiter verbreitet.

     

    Der zweite Beitrag: "Übersetzung & Fiktion. Internationalisierung als Rechtfertigung der Zentrale-Orte-Forschung in der Bundesrepublik" beschäftigt sich mit den Rückwirkungen, welche die internationale Aufnahme des Zentrale-Orte-Modells für Raumforschung und Landesplanung in der Bundesrepublik Deutschland gehabt hat. Seit 1965 ist die Förderung von zentralen Orten ein gesetzlich kodifiziertes Ziel staatlicher Landesplanung in der Bundesrepublik. Für Forscher und Raumplaner in Deutschland ist die Übersetzung von Christallers Arbeit keine Vorbedingung gewesen, um sich mit diesem Modell zu beschäftigen. Trotzdem hat die internationale Aufnahme des Modells Rückwirkungen auf die Raumplanung in der Bundesrepublik gehabt: Die internationale Akzeptanz des Zentrale-Orte-Systems war für Vertreter der Raumplanung in Deutschland ein wichtiges Argument, um die vorherige Anwendung des Modells in der Raumplanung des NS-Staates zu verschleiern und seine Festschreibung in staatlichen Entwicklungsplänen und Gesetzen der Bundesrepublik durchzusetzen.

     

  • Re : WIKIPEDIA : centralité, neutralité, vérité

    Auteurs : 

    Le « principe » de neutralité de Wikipedia est contestable dans le cadre des articles traitant d’objets scientifiques

  • Un chercheur libre, loin du "système". Le commerce et l’élevage vus par Jean Vogt.

    Auteurs : 

    Ce texte se fonde sur une soixantaine de textes publiés par Jean Vogt entre 1957 et 2004 et traitant de l’histoire du commerce et de l’élevage en Alsace. Après un survol des principaux thèmes abordés par Jean Vogt, le texte aborde les caractéristiques des échanges que Vogt lie toujours à l’agriculture en percevant les germes du capitalisme jusque dans les villages puis montre comment Jean Vogt renverse les rapports entre les lieux. Les notions développées par Jean Vogt sont mises en parallèle avec d’autres : l’économie globale d’Ancien Régime d’une part, la centralité-décentralité d’autre part.

  • Lieux centraux – décentraux. Théories de la centralité et réalité des petites villes

    Date de publication : 17-01-2015
    Auteurs : 
    Auteurs : 
    Activité: 
    professeurs honoraires

    Le système des lieux centraux de Walter Christaller a suscité des centaines de publications depuis 1933 et continue de nos jours à préoccuper de nombreux historiens, géographes et économistes, en particulier en France, en Allemagne et dans les pays de langue anglaise. Or, ce système représente de manière erronée les rapports entre lieux habités et donne une vision biaisée des petites villes, en particulier en raison de la fausseté mathématique de son prétendu « modèle » géométrique.

    Ce diaporama montre comment il est possible de corriger les erreurs de Walter Christaller et de remplacer son modèle géométrique faux par une représentation mathématique exacte puis comment l’on peut comprendre, grâce à la centralité-décentralité, les relations entre les petites villes sans qu’il soit nécessaire de se référer à une théorie réfutée utilisant une modèle géométrique faux.

    Citation :

    Radeff, Anne et Nicolas, Georges, Lieux centraux – décentraux. Théories de la centralité et réalité des petites villes, 2008, URL :

    Ce diaporama a été présentés lors du colloque « Capitales ou villes d’appui ? Les petites villes et leurs campagnes du Moyen Âge au XXIe siècle », Colloque organisé par l’UMR 5605 (Centre Georges-Chevrier) et la Société d’Histoire des Petites Villes à Tournus, les 12 et 13 juin 2008.

Syndiquer le contenu